Notre boutique a fermé. Vous retrouverez notre collection et plus encore bientôt dans le cadre d'un nouveau projet.
Laissez-nous vous coordonnées pour recevoir des informations en septembre 2017.
Mon panier: 0 article
DENTELLIERS
Histoire du magasin
Histoire de la dentelle
Visiter un atelier de dentelle
Presse
Nous trouver
Boutique en ligne
Bon de réduction
Nous contacter
Liens

Histoire de la dentelle 


Les premiers écrits sur la dentelle en Belgique remontent au XVe siècle lorsque Charles Quint décréta que les techniques de dentelle devaient être enseignées dans les écoles et les couvents des provinces de Belgique.

On distingue deux types de dentelle : la dentelle à l'aiguille et la dentelle aux fuseaux.

On pense que les tisserands sont à l'origine de la dentelle aux fuseaux. Ils tressaient les fils de chaîne des étoffes pour réaliser de jolies finitions. Les techniques de dentelle aux fuseaux sont probablement nées du perfectionnement de ce tressage.

La dentelle à l'aiguille est une évolution naturelle de la broderie. Au début on tissait des étoffes de plus en plus fines. Puis on y a ajouté des broderies pour décorer ces étoffes. Pour réaliser des broderies plus jolies on commence à couper et tirer des fils du tissage. Et finalement on réalise les motifs de broderie sans le support d'une étoffe. On réalise des 'points en l'air' ou des 'bordures à dents', d'où le mot dentelle.

L'avantage de la dentelle par rapport à la broderie c'est qu'on peut très facilement défaire la dentelle des robes et habits afin de les transformer et on réutilise la dentelle.

Peu à peu la demande de dentelle grandit en Europe. Des écoles voient le jour un peu partout et chaque région développe son propre style de dessin et de technique dentellière.

C'est au XVIIe et XVIIIe siècles que la production de dentelles atteint son apogée. La dentelle devient signe de richesse et de raffinement. Elle orne les vêtements, les sous-vêtements, les accessoires et même les costumes religieux et militaires. La dentelle est un accessoire de luxe. Son prix en est élevé et elle sert essentiellement de garniture. Tout au long du XVIIe et XVIIIe siècle les dentelles sont fort appréciées pour orner les cols, les manchettes, les fraises, les coiffes, les tabliers, en garniture de chaussures, en voile de mariée, en mantille, en écharpe…. Le linge de maison n'échappe pas à la mode des dentelles et c'est ainsi que les nappages, napperons, draps et autres sont ornés de dentelles.

Au fil du temps et surtout au XVIIIe siècle la bourgeoisie s'enrichit. Elle commence aussi à s'acheter des dentelles. La dentelle est d'ailleurs tellement appréciée que dans les familles de milieux moins fortunés on utilise des dentelles plus grossières ou des imitations au crochet.

La réalisation des plus belles dentelles demande un fil de lin extrêmement fin et d'une qualité exceptionnelle. Le plus beau lin se produit en Flandres et c'est donc naturellement que les dentelles à l'aiguille et aux fuseaux de ces régions sont les plus prisées car grâce au fil de lin exceptionnel on peut réaliser des motifs d'une finesse et une délicatesse jamais égalée ailleurs.

Les provinces belges exportent leurs dentelles vers toutes l'Europe. Au prix des dentelles on doit ajouter les frais de transports et les frais de douanes. Plusieurs pays (e.a. la France et l'Angleterre) vont instaurer des taxes et frais de douanes très élevés afin de promouvoir la production de dentelle sur leur territoire et limiter l'importation de dentelles de Flandres. Ils iront même jusqu'à promulguer des ordonnances pour limiter les dentelles sur le costume ou simplement interdire l'importation de dentelles. Mais l'engouement pour les dentelles belges était tel que toutes ces contraintes ne sont pas parvenues à diminuer la demande de dentelles. Les marchands ont redoublé d'ingéniosité afin de contourner tous ces règlements.

Aujourd'hui il existe toujours une production importante de dentelles en Belgique. On continue à produire les dentelles à l'aiguille se nommant 'Renaissance' et 'Princesse'. Cette production se fait traditionnellement par des ouvrières travaillant à domicile.


Grand-Place, 23 - 1000 Bruxelles - Tél: +32(0)2/512.02.18 - info@enjoylace.com